Nouveaux produits

Fabricants

A LA HUNE

Les Lignes de Mouillage -1-
Longueur et nombre de lignes de mouillage

Quelques extraits du livre « Tout savoir sur le mouillage » d’Alain Poiraud.


« Nous avons un fond marin, une ancre, nous connaissons les efforts exercés par les éléments, reste maintenant à choisir le meilleur moyen de relier l’ancre au bateau.

Deux possibilités se présentent : la chaine et les cordages.

Longueur de la ligne de mouillage :

Les ancres modernes sont conçues pur fonctionner avec un angle de traction de la ligne de mouillage inférieur à 8°, le maximum de tenue étant obtenu avec une traction horizontale. Au-delà de 8°, la composante verticale de la traction ne permet plus à l’ancre de s’enfoncer et plus la traction verticale deviendra importante, plus l’ancre aura tendance à sortir du sol. ; Il faut bien aussi penser à la récupérer…

Il est d’usage de calculer la longueur de la ligne de mouillage en fonction de la hauteur d’eau dans laquelle on va mouiller. Ce n’est pas toujours forcément une chose facile : dans une mer à marée, le marnage peut atteindre des hauteurs importantes. ..
Le rapport de hauteur d’eau doit être calculé entre le fond et le davier d’étrave du bateau…
On peut estimer qu’un bateau pourra être amené à mouiller dans des fonds d’une profondeur maximale égale à sa longueur. Cette valeur devant être adaptée en fonction des conditions locales… Ainsi un bateau de 12 mètres devra prévoir une ligne principale de mouillage de 85 à 120 mètres de long. La ligne secondaire quant à elle, pouvant être environ plus courte de 40%.

Nombre de lignes de mouillage :

En plus de la ligne principale évoquée ci-dessus, une deuxième ligne de mouillage est une mesure de sécurité indispensable. .. Pour des bateaux amenés à mouiller fréquemment, une troisième ligne de secours ou ancre de miséricorde, stockée dans les fonds peut être envisagée… »

Les Lignes de Mouillage -2-
La chaîne


Quelques extraits du livre « Tout savoir sur le mouillage » d’Alain Poiraud.

La chaîne :

« Le principal avantage de la chaîne est sa grande résistance à l’usure, ou ragage, sur les fonds. En dehors de ce point particulier, employée seule, c’est le plus mauvais moyen pour relier une ancre à un bateau…

Inconvénients de la chaîne :
-stockée dans la baille à mouillage à l’avant, elle ajoute un poids important au plus mauvais endroit du bateau
-la chaîne fonctionne à l’envers du résultat souhaitable
-Par petit temps, elle assure une traction parfaitement horizontale procurant ainsi la traction maximale de l’ancre
-par faible vent, son poids assure un amortissement important des faibles à-coups que le bateau pourrait avoir à subir.
-plus le vent augmente, plus la chaîne se tend ce qui entraine d’une part une augmentation de l’angle de traction, d’autre part lorsque le besoin d’amortissement des à-coups devient vital, la chaîne tendue n’assure plus cette fonction..

Longueur de chaîne :

… La qualité première de la chaîne est de très bien résister au ragage des fonds.
… Pour une hauteur d’eau de 6.50 mètres et en calculant sur un rapport de hauteur d’eau moyen de 5/1, la ligne de mouillage utilisée représente environ 30 mètres.
La partie de la ligne de mouillage ne reposant pas sur les fonds n’a donc pas besoin d’être en chaîne, et en conséquence, la longueur de chaîne devra donc mesurer 30-6.50 (la hauteur d’eau) = 23.50 mètres…

Quel type de chaîne :

La chaîne doit impérativement être de qualité marine, calibrée. Qualité marine implique une galvanisation au bain de zinc en fusion, la seule à pouvoir résister à la corrosion en milieu marin

Chaîne acier ou inox ? :

L’inox ; c’est beau, ça brille, il n’y a pas de problème de galvanisation qui s’use…. MAIS, et oui il y a un « mais » :- les maillons sont comme dans toutes les chaînes, soudés. Lorsqu’on approche de sa limite de résistance, la gaine « galva » va s’allonger, les maillons vont se déformer donnant l’alerte….. À l’inverse, l’inox a tendance à générer avec le temps un phénomène de cristallisation… Soumise à une surtension, la chaîne inox présente de forts risques de casser comme du verre, sans aucun préavis… »

Les Lignes de Mouillage -3-
Les cordages


Quelques extraits du livre « Tout savoir sur le mouillage » d’Alain Poiraud


A l’inverse de la chaîne, ils ont l’inconvénient d’avoir une faible résistance au ragage. Ce problème va devenir majeur sur le tronçon de ligne reposant sur les fonds. Il suffit que le cordage soit en contact avec un angle tranchant pour s’user…
Cette question de ragage se manifeste aussi au niveau du bateau, principalement au niveau des chaumards…

Leurs principaux avantages sont un poids beaucoup plus faible à résistance égale et surtout une beaucoup plus grande élasticité que la chaîne permettant un amortissement des pics de tension dus aux « à-coups »…

Différents types de cordage :
-les cordages multi-tresses
-les cordages trois torons
-les cordages tressés de type « Square Line »

Le cordage plombé :
Présenté comme le complément « indispensable » des ancres aluminium…

Le cordage extensible :
En complément d’une longueur de chaîne…

La sangle :
L’avantage majeur de la ligne de mouillage en sangle sera surtout notable au niveau du mouillage arrière, où, sur la plupart des bateaux, il n’existe pas de baille de mouillage…

Les liaisons dangereuses :
Il ne sert à rien de sélectionner avec soin les résistances de la chaîne ou du câblot, si on n’apporte pas le même soin à la sélection de tous les éléments constitutifs de la ligne de mouillage. C’est bien connu, la chaîne a la résistance de son maillon le plus faible. Trois points seront à considérer avec attention :
-l’étalingure ligne de mouillage / bateau
-l’étalingure chaîne / ancre
-la liaison chaîne / ligne de mouillage textile.
Je n’évoquerai pas les liaisons chaîne / chaîne qui pour moi, sont tout simplement exclues…